Un prix du marché immobilier à la hausse en Normandie

Malgré l’année 2020 difficile à cause de sa crise sanitaire, la Normandie continue d’attirer toujours plus de personnes. Forcément, il en résulte une hausse de la demande immobilière et donc une hausse des prix immobiliers, très perceptibles dans les grandes villes normandes.

La Normandie une terre d’accueil des résidences secondaires

Située à l’ouest de Paris, la Normandie est un lieu de villégiature privilégié par de nombreux Parisiens. Si lors des vacances, les Parisiens sont prêts à parcourir de nombreux kilomètres, c’est moins le cas lors des week-ends et des ponts fériés.

La Normandie se présente alors comme une destination idéale pour ces moments de repos de quelques jours.

Elle offre un accès à la plage ainsi qu’un cadre de vie agréable et calme par rapport aux remous parisiens. Désormais, de nombreux logements des centres-ville du littoral normand sont occupés par des propriétaires parisiens.

Dieppe, Etretat, Deauville, Honfleur, Cabourg, et bien d’autres villes sont prisées par les habitants de la capitale qui y recherchent une résidence secondaire pas trop éloignée de Paris.  

Une forte hausse de la demande

Dans de nombreuses villes normandes, la demande immobilière a explosé. Voici les 5 grandes villes normandes ayant subi les plus fortes hausses :

  • Giverny : +78%
  • Évreux : +78%
  • Caen : +69%
  • Dieppe : +66%
  • Granville : +65%

Cependant, si la demande immobilière a fortement augmenté en Normandie, ce n’est pas le cas de l’offre. Dans la plupart des villes, l’offre immobilière a même diminué en 2020. Ainsi, si on prend l’exemple de Cherbourg, la demande a progressé de +54%, mais l’offre a chuté de -69%, entrainant une hausse de 12,5% des prix de l’immobilier en 2020, soit l’une des plus fortes de France.

De nombreuses villes normandes se retrouvent avec une pénurie de l’offre immobilière et ne peuvent pas répondre à la forte demande. 

Et même des villes pourtant considérées comme peu attractives telles que Le Havre, se retrouvent dans cette situation. La sous-préfecture a vu son offre immobilière augmenter de 5% en 2020, mais parallèlement, la demande a explosé de 64%. 

Une situation de retour à la normale en 2021 ?

La crise sanitaire a créé un sentiment d’urgence chez de nombreux investisseurs et les confinements et probablement augmenté l’intérêt pour les résidences secondaires.

En effet, il est plus agréable d’être confiné dans une maison au bord de la mer que dans un appartement.

Il est trop tôt pour savoir si cette réaction immobilière va perdurer en 2021. Reste que le vaccin va peu à peu nous permettre de sortir de la crise de la Covid19 et que l’envie d’une résidence secondaire en Normandie pourrait se dissiper chez de nombreux Parisiens.